Palais des fêtes

5, rue Sellénick, Strasbourg en 1899-1903 arch: KUDER & MULLER

Construit pour la Société Chorale de Chanteurs Strasbourgeois(1), cet ensemble abrite une vaste salle de concert (1500 places) et divers locaux pour des sociétés chorales et musicales, ainsi qu'un restaurant.
A la fin de la première guerre mondiale, il est mis en vente pour être finalement acheté par la Ville en 1922.
Cet édifice fut l'un des premiers à bénéficier d'une structure en béton armé (procédé Hennebique).
Le choix décoratif pour les façades révèle l'hésitation des architectes. Ainsi, la tour d'angle, d'allure gothique (à l'exception de sa toiture) est percée de fenêtres art nouveau et reçoit (au niveau supérieur) des panneaux à décor floral du même style. Les montants de pierre du garde-corps équipant le balcon du deuxième étage offrent, quant à eux, un décor géométrique qui évoque les réalisations de l'architecte belge Hamesse ou encore l'art nouveau viennois. Pour les façades latérales, asymétriques, Kuder et Muller ont retenu, du moins pour les pignons, le style renaissance. Pour l'une des portes, rue Sellénick, c'est le choix de l'art nouveau qui a recueilli les suffrages des architectes. La ferronnerie qui en protège le vitrage mérite quelque attention: elle rappelle, sous une forme simplifiée celle qui orne les magasins Waucquez à Bruxelles (par Horta). L'art nouveau se voit contesté par une fenêtre néo-renaissance qui surmonte cet ensemble. Dans d'autres cas, le style qui nous est cher se voit plus subtilement intégré dans un ensemble historiciste. Enfin, quelques certaines ouvertures, l'art nouveau s'exprime sans contoverse.
L'intérieur témoigne lui aussi de cette inconstance stylistique. Ainsi, le mélomane se rendra dans la grande salle de concert (à l'origine décorée en néo-baroque) en empruntant un escalier muni d'une rampe art nouveau, cependant qu'il pourra encore à l'heure actuelle découvrir dans l'une ou l'autre salle, une boiserie, une poignée de porte, ou de fenêtre(2) dans le style qui nous est cher. On ne manquera pas de jeter un coup d'oeil aux diverses balustrades d'escalier. Les portemanteaux eux aussi font dans l'art du compromis: structure art nouveau bien affirmée, cependant que des mascarons historicistes retiennent les crochets.
Cet édifice, contemporain de ceux qui l'entourent, témoigne du souci des architectes de s'intégrer dans son voisinage par sa décoration. Ainsi, les hésitations stylistiques marquent à la fois la volonté des architectes de ne pas heurter leur commanditaire mais aussi leur intérêt pour les derniers courants architecturaux (n°s 1, 3, 5 & 6 sont art nouveau, et l'historicisme pour les autres immeubles). Néanmoins, l'emplacement (à l'angle de deux rues) offre l'opportunité de placer un signal fort (la tour) afin de distinguer l'immeuble dans son environnement immédiat.
Aussi, malgré quelques incohérences, les auteurs ont réussi à donner à leur édifice un aspect attachant et en tout état de cause digne d'être préservé.

(1)  De son vrai nom Strassburger Männer-Gesangverein, et fondée en 1872.
(2)  Il s'agit, pour cette dernière, d'un produit industriel que nous avons retrouvé dans d'autres réalisations contemporaines de cet édifice.

Bibliographie:
  • Adressbuch der Stadt Stra-burg, 1905
  • BAGINSKI M. Autour de 1900 in Bulletin de la Faculté des Lettres de Strasbourg, may-june 1968, pp. 757-759
  • PERILLON M.-C. Clins d'oeil 1900 à Strasbourg in La Maison d'Alsace, mai-juin 1977, pp. 47-58.
  • LAUGEL A. Chronique d'art décoratif in Revue Alsacienne Illustrée, 1903, V, pp. 61-63.

Vue d'ensemble  Tour d'angle  Fenêtre au premier étage  Montant    Intégration d'un élément art nouveau dans un ensemble historiciste  Porte rue Sellénick  groupe de ferronneries art nouveau  Façade rue Sellénick (détail)  Détail d'une porte  Poignée de porte  Poignée de fenêtre  Portemanteau  Crochet à vêtements  Boiserie en imposte  Rampe de l'escalier principal  Ferronnerie d'une rampe 

Anvers - Barcelone - Bratislava - Bruxelles - Budapest - Buenos Aires - Den Haag - Helsinky - La Palmas - Milano - Nancy - Paris - Prague - Riga - Rosario - Strasbourg - Torino - Vienna

©1993-2009 Frank Derville : Art Nouveau World Wide Web & Images