Magasin Knopf

41-45, rue des grandes Arcades / 9-10, place du temple neuf, Strasbourg en 1899 arch: BERNINGER & KRAFFT

Inauguré le 30/11/1898, le magasin KNOPF (1) comportait une ossature et des façades en fer qui furent réalisées en 6 mois, une fois les fondations achevées. A l'angle des Grandes-Arcades et de la rue des Dominicains s'élevait une coupole fortement inspirée par le Printemps(2) de Sédille. A l'intérieur, une remarquable charpente de fer décorée de motifs art nouveau s'offrait au regard des clients. Un escalier central circulaire situé au centre d'un puits de lumière orné de vitraux(3) desservait les trois niveaux destinés à la vente(4). Si la presse spécialisée salua le caractère innovant de cet édifice, il ne fit pas pour autant l'unanimité, puisqu'un auteur local traita ces lieux de "bazar"(5). En 1911, une extension sera construite par les mêmes architectes au 10, place du Temple-Neuf et ruelle des Dominicains. Les façades abandonnent le fer au profit de la pierre. Les piliers, nombreux et imposants, renforcent l'impression de verticalité. Le retour à la pierre et l'allure générale des façades sont caractéristiques des grands magasins allemands construits avant la première guerre mondiale. La parenté avec le magasin Tietz(6) de Düsseldorf (par Olbrich, en 1906-08) est assez forte. L'art nouveau se fait déjà plus discret (guirlandes et bouquets). De ce remarquable ensemble, - qui serait aujourd'hui probablement classé s'il n'avait été radicalement transformé dans les années 50(7), ne subsistent que les façades rue du Temple-Neuf et la petite partie dans la rue des Dominicains.

(1) Moritz Knopf se fit construire en 1904 une villa au 10, rue Schiller par Berninger & Krafft.
(2) Grand magasin sis au 2, rue du Havre à Paris, par Paul Sédille en 1881.
(3) Peut-être par Ott Frères.
(4) Le sous-sol, le troisième et le quatrième étage étages étaient réservés au stockage des marchandises.
(5) Chronique d'Alsace-Lorraine, n°2, pp.13-14, in Revue alsacienne Illustrée, vol. VIII, 1906.
(6) Un magasin Tietz existait aussi à Strasbourg: des façades (pour partie altérées) subsistent au 27-29, rue du Vieux-Marché-aux-Vins (G. Oberthur) ainsi qu'au 5, quai de Paris (Brion & Haug).
(7) Ce magasin connaîtra ses premières transformations intérieures dès la réalisation de l'extension avec la suppression l'escalier circulaire. Les devantures seront modifiées dès 1912, et l'entrée principale déplacée. Un premier changement de propriétaire dans les années 20 sera à l'origine d'une série de transformations ultérieures (fermeture des puits de lumière en 1946, transformation radicale des façades sur les Grandes-Arcades et rue des Dominicains en 1956).


Bibliographie

Façade côté Grandes-Arcades  Vue intérieure  Verrière  Façade place du Temple-Neuf 

Anvers - Barcelone - Bratislava - Bruxelles - Budapest - Buenos Aires - Den Haag - Helsinky - La Palmas - Milano - Nancy - Paris - Prague - Riga - Rosario - Strasbourg - Torino - Vienna

©1993-2009 Frank Derville : Art Nouveau World Wide Web & Images